Mardi 22 mai 2018

Récemment, l’Agence nationale de la recherche de France (ANR) rassemblait à Paris des spécialistes en sciences humaines et sociales afin qu’ils réfléchissent aux potentialités de la recherche sur la radicalisation. Sociologues, historiens, psychologues, politistes, juristes et anthropologues ont ainsi dressé un état des lieux des recherches (plus ou moins) scientifiques qui l’ont pris pour objet ces dernières années, tout autant qu’ils ont questionné les emplois et les sens du terme lui-même. Il ressort de ces discussions une interrogation majeure sur la pertinence, voire même l’utilité, pour les sciences humaines et sociales, de se saisir de ce mot comme concept opératoire pour décrire un quelconque fait social.

Informations supplémentaires

Publié dans ANALYSES

Analyses du mois

Jacques Ehrenfreund, professeur ordinaire à la Faculté de Théologie et de Sciences des Religions de…
Combien de musulmans y a-t-il en Belgique ? Voilà une question qui a déjà largement défrayé…
En Italie, l’Église est toujours intervenue pour indiquer à ses fidèles en faveur de qui…
Du 26 au 28 février 2018 s’est tenu au Centre interdisciplinaire d’Étude des Religions et…
English historian Edward Gibbon devoted a long chapter of his monumental History of the Decline…
Le 21 février 1978, des ouvriers effectuant des travaux d’électricité dans le sous-sol du centre…
Aller en haut