AccueilAfficher les éléments par tag: judaïsme
Bannière

A grand renfort de communication, un « Parlement juif européen » (European Jewish Parliament, European Jewish Union), composé de 120 membres issus de 47 pays, a été inauguré récemment à Bruxelles. Aussitôt, cette création a suscité une levée de boucliers dans les rangs de nombreuses organisations juives nationales et internationales — en particulier le Congrès juif mondial —, contestant la représentativité de ce Parlement, fustigeant son mode de désignation par Internet et son manque de transparence démocratique. Le rédacteur en chef de la revue Regards, Nicolas Zomersztajn, a ainsi constaté que, curieusement, sur les cinq représentants de la Belgique au Parlement, seul deux étaient belges… Cette polémique est il faut le dire révélatrice des tensions très vives qui agitent actuellement le monde juif : elle peut en réalité se décrypter sur deux plans distincts, interne et externe.

En février et mars derniers, plusieurs membres de la famille Berg, leaders spirituels du Kabbalah Centre (KC), rendaient visite au jeune Kabbalah Centre de Moscou et à sa « communauté kabbalistique », qui existe depuis un peu plus d’un an. L’occasion pour les dirigeants du KC d’inaugurer de nouveaux bâtiments en plein centre de la capitale russe et de constater l’expansion du mouvement en Russie. « Nouveau mouvement religieux » pour les uns, « secte » pour les autres, le Kabbalah Centre jouit d’une importante visibilité dans le paysage de la spiritualité contemporaine. Si le mouvement, fondé dans les années 1960 aux Etats-Unis par Philip Berg, trouve son origine dans le judaïsme, il a su, par une constante réélaboration de son discours, atteindre un public bien plus large, au-delà de l’appartenance religieuse.

Deux nouvelles qui, pour des motifs bien différents, ont fait sensation, se sont entrechoquées ces derniers jours dans la presse, affichant deux facettes bien contrastées d’une même question — à savoir la circoncision.

Le tribunal de grande instance de Cologne, en Allemagne, a en effet estimé, dans un jugement qui a fait grand bruit, que « le corps d’une enfant était modifié durablement et de manière irréparable par la circoncision », une modification « contraire à l’intérêt de l’enfant, qui doit décider plus tard par lui-même de son appartenance religieuse ». Un jugement aussitôt et vertement mis en cause par les organisations juives et musulmanes, dans un contexte où se télescopent de manière brutale traditions religieuses, mutilations génitales, liberté religieuse et santé publique. 

On se plait à rappeler que New York, ce n'est pas les États-Unis. De même, les juifs new yorkais ne sauraient prétendre représenter l'ensemble du judaïsme américain. Cela étant, avec plus d'un million et demi de personnes (soit près d'1/3 de l'ensemble de la population juive étatsunienne) réparties dans ses huit districts — Bronx, Brooklyn, Manhattan, Queens, Staten Island, Nassau, Suffolk, Westchester —, New York rassemble la plus grande concentration juive de diaspora.

À ce titre, les résultats de la Jewish Community Study of New York: 2011 conduite par Steven Cohen et Jacob B. Ukeles méritent l'attention. Non seulement parce qu'il s'agit de l'étude la plus vaste menée à ce jour (près de 6 000 personnes interviewées) mais aussi parce qu'elle révèle des retournements de tendances par rapport à l'enquête précédente de 2002 et signale des points de ruptures qui mettent à mal certaines des certitudes concernant le judaïsme américain. C'est essentiellement de ces derniers aspects de l'enquête qu'il sera question ici.

Régulièrement, les musulmans et les Arabes se plaignent de ce que l’Occident chrétien méconnaisse leur culture. Plus exactement, ils souffrent de l’image simplifiée, voire caricaturale et stéréotypée véhiculée à leur sujet. En ce qui concerne la religion, ils dénoncent une perception monolithique de l’islam, comme si, à l’instar des autres religions, celui-ci n’était pas constitué de courants divergents, comme si les croyants qui s’en réclament étaient tous de zélés dévots. En ce sens, il est vrai que les médias accessibles en Occident pour pénétrer au cœur de cette culture très diversifiée ne sont pas légion. Souvent surtout, ils ne sont pas traduits. C’est notamment le cas de la littérature arabe, qui permet d’ouvrir un univers de connaissances tout en nuances, comme le montre l’ouvrage récent de Xavier Luffin — qui enseigne les langue et littérature arabes à l’Université libre de Bruxelles —, intitulé Religion et littérature arabe contemporaine.

Le paysage religieux en Israël

Lundi 10 Décembre 2012

A un mois des élections législatives de janvier 2013, le politologue Denis Charbit (Open University, Tel Aviv), l'un des meilleurs observateurs de la société israélienne, fait le point sur le paysage religieux en Israël.

La loi allemande sur la circoncision

Dimanche 16 Décembre 2012

Le Bundestag, la principale chambre du Parlement fédéral allemand, a adopté à une large majorité de 434 voix (contre 100 et 46 abstentions), ce mercredi 12 décembre, un projet de loi gouvernemental qui autorise la circoncision pour motif religieux. Ce texte prévoit que l’opération devra se dérouler dans un cadre médicalisé, et être pratiquée soit par un médecin, soit par un circonciseur, si ce dernier se conforme toutefois à une série d’obligations sanitaires strictes et encadrées.

L'historien Simon Epstein (Université hébraïque de Jérusalem), spécialiste internationalement reconnu dans l'étude de l'antisémitisme, aborde pour ORELA les spécificités de l'antijudaïsme en islam.

Islam et judaïsme (II)

Lundi 28 Janvier 2013

L'orientaliste Michel Abitbol (professeur émérite de l'Université hébraïque de Jérusalem), auteur de l'ouvrage Le passé d'une discorde. Juifs et Arabes depuis le VIIe siècle (2e éd., Paris, 2003), aborde pour ORELA l'historique des relations complexes entre islam et judaïsme, depuis le XVIIe siècle.

Islam et judaïsme (I)

Lundi 28 Janvier 2013

L'orientaliste Michel Abitbol (professeur émérite de l'Université hébraïque de Jérusalem), auteur de l'ouvrage Le passé d'une discorde. Juifs et Arabes depuis le VIIe siècle (2e éd., Paris, 2003), aborde pour ORELA l'historique des relations complexes entre islam et judaïsme, du VIIe au XVIIe siècle.

Page 1 sur 3

Analyses du mois

  • 1
  • 2
Fragments of Heaven on Earth. Studying devotionalia
When does an object become religiously m...
Religion and Secularism in the European Union
ORELA is proud to announce the release...
Les bases neurales du sentiment religieux
Il y a une vingtaine d’années, au moment...
Le pastafarisme, fake cult et vrais enjeux
Lorsqu’en 2005, Bobby Henderson affirme ...