AccueilAfficher les éléments par tag: Islam
Bannière

Nous poursuivons ici la rediffusion des débats enregistrés lors du festival « La Religion dans la Cité » que nous avons en janvier dernier organisé à Flagey en collaboration avec le journal Le Soir et la RTBF. Après un lecture du Traité sur la Tolérance par la comédienne Valérie Bauchau, le deuxième grand débat, intitulé « La Peur de l'Islam, la Peur dans l'Islam », avec Abdelmajid Charfi, Gilbert Achcar et Radouane Attiya est accessible ici à partir de 11'20.

Nous poursuivons ici la rediffusion des débats enregistrés lors du festival « La Religion dans la Cité » que nous avons en janvier dernier organisé à Flagey en collaboration avec le journal Le Soir et la RTBF. Après un lecture du Traité sur la Tolérance par la comédienne Valérie Bauchau, le deuxième grand débat, intitulé « La Peur de l'Islam, la Peur dans l'Islam », avec Abdelmajid Charfi, Gilbert Achcar et Radouane Attiya est accessible ici à partir de 11'20.

Une quarantaine de pays dans le monde punissent « l’offense aux religions » par des peines allant de l’amende à la mort en passant par la prison selon les rédacteurs du rapport Freedom of Thought publié en 2013. Parce qu’ils identifient le fait de l’athéisme à une apostasie contre nature ou à un blasphème, les Etats à référence musulmane sont particulièrement concernés. Cet article vise à appréhender le phénomène récent d’une expression de l’athéisme dans les sociétés majoritairement musulmanes, et les moyens de lutte conjointe qu’y mènent les autorités politiques et religieuses.

Pakistan’s relationship with Islam is extremely intense. From all the Muslim majority countries of the world, it is the only one whose very existence is rooted in religion. Therefore, it is not surprising that, even after seventy years of lifetime, it still faces tremendous difficulties to domesticate Islam whose representatives’ claims on the State have never ceased growing since its foundation. The manipulation of religion for political purposes generates inevitably a cost, which precisely is what Pakistan is paying in its daily confrontations with Islamists demanding what they consider their legitimate right to power.

Le grand quotidien francophone belge Le Soir vient de faire paraître, en collaboration avec la RTBF, les résultats d’une vaste enquête intitulée Noir, jaune, blues qui, sous forme de radioscopie, entend dresser le portrait des attentes des citoyens de ce pays, vingt ans après une première enquête similaire commandée au lendemain de l’Affaire Dutroux et de la crise morale profonde qu’elle avait engendrée. 4700 personnes ont cette fois été interrogées par l’Institut Survey and Action, à l’initiative de la Fondation Ceci n’est pas une crise et ce sous forme d’entretiens personnalisés, pour établir un constat frappant, corroboré par les observations des journalistes et des experts : face au monde incertain et fragmenté qui nous est annoncé, face au basculement sociétal et aux mutations majeures qui pointent, les Belges sont inquiets, vulnérables, déprimés, se replient sur leur quant à soi, ont peur du présent, de l’avenir et des étrangers, et projettent en particulier leurs angoisses sur l’islam et les musulmans.

ORELA présente le débat qu'il a co-organisé avec le CIERL et la Fondation de la Mémoire contemporaine, le 6 mars 2017 sur le thème « Circoncision : les enjeux de la polémique récente sur cette pratique immémoriale », avec Jacques Ehrenfreund, professeur à l’Université de Lausanne, titulaire de la Chaire d’Histoire des juifs et du judaïsme, et Lionel Obadia, anthropologue du religieux, professeur à l’Université Lyon-II, professeur invité par la Maison des Sciences humaines de l’Université libre de Bruxelles (ULB). Un débat animé par Jean-Philippe Schreiber, professeur à l’ULB.

Si les débats publics relatifs à l’insertion de l’islam dans l’espace public belge et plus largement européen se multiplient ces dernières années, le nombre de données empiriques (notamment quantitatives) à la disposition des chercheurs permettant d’avoir une idée plus précise sur la réalité des croyances en vigueur au sein des populations musulmanes et de leurs implications pratiques est assez faible. Et le halal ne déroge pas à la règle. L’étude Belgo-Marocains, Belgo-Turcs : (auto-portrait) de nos concitoyens publiée pour le compte de la Fondation Roi Baudouin en 2015 a comblé en partie ce vide. Elle fournit la première estimation quantitative transversale (c’est-à-dire dépassant les clivages ethniques, d’âges, de territoires et de genres) des pratiques et croyances des populations musulmanes à l’échelle de la Belgique.

Un grand nombre d’intellectuels, dont Olivier Roy, estiment qu’aujourd’hui, l’Iran est la société la plus sécularisée de tout le monde musulman. La révolution islamique de 1979 n’aurait dès lors pas abouti à la domination de la religion sur la vie sociale et le jeu politique, mais au primat du politique et l’entrée dans une forme de sécularisation. En partant de cette idée, cet article se penche sur l’apparition du chiisme, son imposition comme religion d’État en Iran et la place du religieux dans ce pays.

Page 5 sur 5

Analyses du mois

  • 1
  • 2
L’archéologie du judaïsme en Europe
De la présence juive dans le Moyen Orien...
Le halal, de l’explosion consommatrice à l’exigence éthique
Si les débats publics relatifs à l’inser...
Religions et gestion de la violence
Au cours des siècles passés, et encore à...
Fragments of Heaven on Earth. Studying devotionalia
When does an object become religiously m...
Religion and Secularism in the European Union
ORELA is proud to announce the release...
Les bases neurales du sentiment religieux
Il y a une vingtaine d’années, au moment...
Le pastafarisme, fake cult et vrais enjeux
Lorsqu’en 2005, Bobby Henderson affirme ...