Français (Fr)English (United Kingdom)
RSS
Vendredi 22 Septembre 2017
AccueilANALYSESAfficher les éléments par tag: France
Bannière

La laïcité falsifiée

Mardi 17 Juillet 2012

L’œuvre de Jean Baubérot, grand spécialiste de la laïcité, a pris ces dernières années un tour parfois polémique. Je pense en particulier à son livre L’intégrisme républicain contre la laïcité (La Tour d’Aigues, L’Aube, 2006), ainsi qu’à La laïcité expliquée à M. Sarkozy et à ceux qui écrivent ses discours (Paris, Albin Michel, 2008). Le présent ouvrage (La laïcité falsifiée, Paris, La Découverte, 2012) s’en prend également à une certaine version contemporaine de la laïcité française, considérée comme – c’est le titre du livre – « falsifiée ». Le mot est fort, mais Jean Baubérot a le mérite de critiquer ce qu’il appelle, péjorativement, la « nouvelle laïcité » sur la base d’une approche conceptuelle très claire.

Commentant la décision récente de la Cour de Cassation française relative à la crèche Baby-Loup (La Croix, 8 avril 2013), l’éminent canoniste de l’Université catholique de Louvain Louis-Léon Christians pointait récemment la montée en puissance, en Europe, ces dernières années, de l’entreprise privée comme nouveau « champ de bataille » où se jouerait, dans un contexte de dérégulation et de retrait de l’Etat, l’un des enjeux contemporains de la laïcité. Avant lui, le Haut Conseil — français — à l’Intégration, dans un avis rendu public le 6 septembre 2011, avait déjà mis le doigt sur les expressions religieuses de plus en plus visibles au sein des entreprises, en particulier celles chargées d’une mission d’intérêt général, et s’en était inquiété.

Plusieurs événements, dans l’actualité récente, laissent à penser que la franc-maçonnerie redeviendrait une cible privilégiée, tant du Vatican que de milieux ultra-conservateurs proches de l’Eglise catholique. Ainsi, pendant les manifestations organisées en France, durant ces derniers mois, pour s’opposer au mariage pour tous, nombre de slogans visaient en effet, et de manière violente, le rôle supposé des francs-maçons en politique ou la morale qu’ils voudraient imposer à l’ensemble du corps social. Dans la même veine, une manifestation antimaçonnique aux agissements menaçants et aux propos fort haineux avait été réunie, le 24 mai dernier, devant le siège parisien du Grand Orient de France (GODF), rue Cadet. Quelques heures plus tôt, un curé de paroisse à Megève, en Haute-Savoie, par ailleurs connu pour ses positions iconoclastes relatives notamment au mariage homosexuel, avait été démis de ses fonctions à la demande du Vatican en raison de son appartenance active à la franc-maçonnerie.

La réunion des trois anciennes « nations juives » au sein d’un « judaïsme français » s’est opérée notamment à travers la création en 1808, par Napoléon, d’une institution centralisée — le Consistoire. Celui-ci est aujourd’hui de plus en plus contesté dans son rôle de « représentant » des Juifs de France. D’autres institutions se sont créées depuis 1944, qui accompagnent et soutiennent le développement d’identités juives plus séculières, culturelles ou politiques. Elles pointent vers la fin du monopole institutionnel consistorial,  d’autant que le champ religieux s’est lui aussi pluralisé. Les lignes de clivage se sont déplacées, de thèmes politiques vers des questions « de société », concernant par exemple la participation des femmes à l’organisation communautaire et religieuse.

Beaucoup de choses ont été dites et écrites sur l’Affaire Dieudonné — cet humoriste français devenu propagandiste antisémite, bénéficiant d’un surprenant succès populaire et mettant à l’épreuve les frontières de la liberté d’expression. Point n’est besoin, sans doute, d’en rajouter. Quoique. Nombre d’analystes ont en effet vu dans les diatribes antijuives du polémiste français l’expression d’une nouvelle judéophobie — postcoloniale, en quelque sorte — inspirée par les développements historiques de l’après 1967 et en particulier de l’après 11 septembre… Mais il y a plus : le positionnement anti-système — sincère ou démagogique, peu importe ici — de Dieudonné M’Bala M’Bala n’a de toute évidence rien de moderne, ou si peu, même s’il a contribué en France et ailleurs à transformer l’antisionisme et ses ambiguïtés. Il puise au contraire dans un fonds conspirationiste d’origine catholique, vieux de deux siècles, dont les avatars contemporains ne sont en réalité que de simples réappropriations.

Avec son visage lunaire sans bouche et son costume breton, le personnage de Bécassine est l’une des héroïnes de bande dessinée française les plus connues du début du vingtième siècle. Née sous le crayon d’Emile-Joseph-Porphyre Pinchon pour le premier numéro de la revue La Semaine de Suzette en 1905, elle s’affirme avec Maurice Languereau, pour les textes, lors de la parution du premier album des aventures de Bécassine, L’enfance de Bécassine en 1913. Cette collaboration fructueuse dura jusqu’en 1938 avec la parution du dernier opus, Bécassine en roulotte. Les albums publiés chaque année entre 1905 et 1938 connurent un succès important. L’héroïne bretonne fut ensuite remise au goût du jour dans les années cinquante, et vingt ans plus tard, devint le sujet d’un air populaire grâce à la chanteuse pour enfants Chantal Goya. Furent alors mis en évidence son caractère bon enfant et maladroit. De la sorte, tout le monde semble avoir oublié que le projet initial des albums comportait une réelle dimension politico-religieuse. Si Bécassine « est ma cousine », comme le dit la chanson, elle n’en demeure pas moins une cousine bien catholique.

En France, la rentrée littéraire a été marquée par le référent chrétien, à tel point que L’Obs n’a pas hésité à titrer : « Dieu fait sa rentrée littéraire ». Dieu, la foi, la quête de sens spirituel, le catholicisme, le christianisme, les catholiques, les chrétiens et les convertis (à savoir les conversions tant à la religion qu’à l’athéisme) sont en effet convoqués dans un nombre remarquable de romans : Le Royaume d’Emmanuel Carrère, Une éducation catholique de Catherine Cusset, Excelsior d’Olivier Py, La vie de Jude, frère de Jésus de Françoise Chandernagor, Son visage et le tien d’Alexis Jenni ou encore le prix Goncourt Pas pleurer de Lydie Salvayre. Cette floraison est significative : pour les éditeurs, le sujet constitue un marché potentiel — et ils ont raison.

L’historien-sociologue Emile Poulat vient de mourir à l’âge de 94 ans. D’abord spécialiste de l’histoire du catholicisme, il a également consacré, ces vingt-cinq dernières années, une demi-douzaine d’ouvrages à l’histoire de la laïcité. C’est un maître es-sciences humaines qui vient de disparaître. En 1954, avec quatre autres chercheurs — « Les cinq doigts de la main » avait-on coutume de dire alors —, Emile Poulat fonde, dans le cadre du CNRS, le Groupe de Sociologie des Religions. On est alors au début du processus d’organisation collective de la recherche en sciences sociales. De plus, une approche sociologique des religions constitue une sorte de transgression et le « parrain » du Groupe, le juriste Gabriel Le Bras, use de diplomatie pour que la hiérarchie catholique ne s’insurge pas contre cet état de choses !

Dans le contexte des attentats sanglants des 7 et 9 janvier à Paris, alimentées aussi par les discours sur la « radicalisation » d’une partie de la jeunesse musulmane, deux initiatives publiques ont défrayé la chronique en France et en Belgique, ces dernières semaines. En France, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, chargé des cultes, a indiqué la volonté du gouvernement de mettre sur pied une « instance de dialogue » avec l'islam. Conséquence : le Conseil français du Culte musulman (CFCM), créé en 2003 à l’initiative de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur lui aussi, s’est vu marginalisé davantage encore qu'il ne l'était ­— les autorités voulant s’adresser désormais à « tous ceux qui ne sont pas ou qui ne se sentent pas représentés par le CFCM » — et pour ainsi dire dessaisi d'une série de dossiers essentiels : la formation des imams, l'abattage rituel, le financement des mosquées ou le dialogue interreligieux. En Belgique, c’est le ministre francophone en charge de l’enseignement supérieur qui a annoncé récemment la mise en route d’un processus visant à mettre sur pied une formation des imams et des cadres musulmans en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Le 17 mars 2015, la délégation aux collectivités territoriales et à la décentralisation du Sénat français a publié un rapport sur le financement des lieux de culte en France. Cette étude, assortie de plusieurs recommandations pour l’avenir, offre un panorama détaillé du parc immobilier cultuel — lequel a notablement évolué depuis la loi de séparation des Eglises et de l’Etat en 1905, sous les influences conjuguées de l’urbanisation et de la pluralisation des groupes religieux. Aujourd’hui, le constat est qu’à l’inégale répartition des bâtiments sur le territoire, même urbain, s’ajoute un besoin persistant de l’ensemble des « religions émergentes » de se doter de nouveaux lieux de culte. Avant tout, ce rapport sénatorial rappelle le rôle crucial joué par les collectivités locales – principalement les communes – en la matière.

Page 1 sur 2

Analyses du mois

  • 1
  • 2
Religion and Secularism in the European Union
ORELA is proud to announce the release...
Les bases neurales du sentiment religieux
Il y a une vingtaine d’années, au moment...
Le pastafarisme, fake cult et vrais enjeux
Lorsqu’en 2005, Bobby Henderson affirme ...
Diplomatie européenne et liberté de religion
L’Union européenne a pris ces dernières ...
Pluralité religieuse et unité républicaine
Les 28 et 29 mars derniers se tenait à P...