Dimanche 25 février 2018

Certains s’étonnent de l’intérêt que la presse belge porte aux plus hautes autorités de l’Église catholique. La nomination et chacune des déclarations d’un archevêque sont abondamment répercutées par les médias. Ces derniers savent qu’une émission ou un débat qui compte un « primat » de Belgique bénéficie immanquablement d’une grande audience. Cette attention contraste évidemment avec le nombre de Belges qui pratiquent la religion catholique. Quelles sont, alors, les raisons de ce succès ? Les archevêques auraient-ils encore un quelconque pouvoir d’influence dans notre société sécularisée et déchristianisée ? La récente biographie consacrée au cardinal Godfried Danneels (Karim Schelkens et Jürgen Mettepenningen, Godfried Danneels, Biographie, Anvers, 2015), qui fut archevêque de Malines-Bruxelles entre 1979 et 2010, permet d’offrir un aperçu sur l’évolution de cette fonction, et de répondre à certaines de ces questions.

Informations supplémentaires

Publié dans ANALYSES

Analyses du mois

Le 21 février 1978, des ouvriers effectuant des travaux d’électricité dans le sous-sol du centre…
La communauté hassidique d’Anvers, qui trouve ses origines dans la spiritualité juive d’Europe centrale et…
Le quotidien communiste Il Manifesto a publié et assuré la promotion, en octobre 2017, cent…
Le politologue Philippe Portier, directeur du Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL-CNRS), faisait récemment le constat…
Le Mouvement réformateur (MR, centre-droit) a annoncé le dépôt d’une proposition de décret visant à…
Le Freedom of Thought Report diffusé par l'International Humanist and Ethical Union (IHEU), l’organe représentatif…
Aller en haut