AccueilANALYSESL'Université libre de Bruxelles otage du radicalisme musulman ?
Bannière

L'Université libre de Bruxelles otage du radicalisme musulman ?

Catégories associées

En lançant officiellement, cette semaine, notre Observatoire des Religions et de la Laïcité, nous étions loin de penser que notre propre Université ferait rapidement la une de son actualité. Or, c'est le cas — bien malencontreusement, diront certains. Rappelons brièvement les faits. Ce mardi 7 février, une conférence-débat se tenait à l'Université libre de Bruxelles, réunissant le philosophe Guy Haarscher, l'historien Hervé Hasquin et l'essayiste française Caroline Fourest. Après quelques minutes, cette conférence fut interrompue du fait du chahut mis en scène par quelques dizaines de perturbateurs qui, à l'appel d'un membre du personnel de l'Université, avaient pris le parti d'empêcher qu'il puisse y avoir débat, arguant de ce que Caroline Fourest serait une journaliste "islamophobe". Face à leurs vociférations, la conférence fut arrêtée, pour ne plus reprendre. Le fait qu'il put y avoir ainsi, du fait de cette obstruction au débat démocratique, censure dans une Université qui de longue tradition défend avec force et vigueur la liberté d'expression, la pensée libre, la controverse contradictoire et le refus de tout dogmatisme suscita un tollé dans la communauté universitaire et fit le lendemain la une de la presse belge. 

Notre propos ici n'est pas de discuter les critiques adressées à Caroline Fourest — retenons simplement que la conférence en question portait sur le caractère fréquentable ou non de l'extrême-droite, et que Caroline Fourest avait précisément commencé son exposé en affirmant que l'extrême-droite dévoyait la laïcité républicaine pour nourrir son discours de haine de l'islam et des arabo-musulmans. Revenons donc plutôt sur l’attitude et le discours sous-jacent des perturbateurs. Partout dans la presse, les analystes évoquent qui des intégristes musulmans, qui des militants islamistes... Selon nous, il n'en est rien, même si des zélateurs de l'islam politique se sont peut-être trouvés parmi les censeurs de mardi soir. En réalité, il nous semble que l'islam est ici instrumentalisé par une frange de la gauche radicale qui produit une certaine forme d'"islamo-gauchisme". De ce point de vue, les musulmans européens seraient les nouveaux damnés de la terre, l'ultime avatar du prolétariat, les éternelles victimes du système social et de l’impérialisme qu’il produirait.

Faisant ainsi une équation très contestable entre paupérisation, discrimination et altérité religieuse, cet "islamo-gauchisme" considère que les rapports de l'Europe à l'islam ne seraient fondés que sur la domination : domination coloniale hier ; domination néo-coloniale aujourd'hui. Dans cette vision manichéenne d'un monde tout à la fois socialement et culturellement polarisé, il n’y a en réalité qu'un miroir du discours raciste de l'extrême-droite : comme ce dernier, l’islamo-gauchisme essentialise les rapports sociaux, non pour s’en prendre aux plus faibles, mais pour en faire d’éternelles victimes d’un système qui ne voudrait pas de leur différence. Et d’emprunter au vocabulaire de Dieudonné ou autres « Indigènes de la République » : il y aurait des « blancs », éternels dominateurs, et des « noirs », éternels dominés. Ces militants ne visent pas réellement à tenter d’imposer le niqab, ou même le foulard islamique, qu’ils portaient mardi soir dans une sinistre mascarade symbolique qui en dénaturait le sens : leur seul but est en effet de démontrer que le refus européen de ces signes religieux ne serait que la traduction de l’arrogance occidentale face à un particularisme dont ils diluent l’identité religieuse dans une marginalisation sociale en quelque sorte naturalisée.

Dans ce type de discours, le rapport de l'Occident à l'islam ne serait bâti que sur la domination : domination politique, militaire, économique, culturelle et, surtout, idéologique, tentant d'imposer un modèle de société — et de relations entre le politique et le religieux — inspiré par les principes des Lumières. Voilà pourquoi une démocrate comme Caroline Fourest, manifestement attachée aux valeurs républicaines, et qui ne peut être suspecte de racisme, devient une cible de choix de l’islamo-gauchisme. Parce que son discours refuse l'amalgame intenable entre religion et ethnicité, qui est au cœur de leur argumentaire, elle suscite la haine de ceux qui s'évertuent à confondre, pour des raisons de tactique politique, les discriminations socio-économiques bien réelles dont seraient victimes des personnes d'origine étrangère — en raison de leur origine —, et la situation des fidèles de l'islam — voire de l’islam tout court. Plus largement, la laïcité est perçue par les zélateurs de cette idéologie comme une forme de radicalité, et brutalement assimilée au racisme d'extrême-droite. Ce qui explique que l'Université libre de Bruxelles soit leur cible privilégiée, elle qui longtemps a partagé les valeurs du combat laïque dans un pays qui a mis du temps à s'affranchir de certaines pesanteurs religieuses, même si cette Université est pluraliste et que des options divergentes s'expriment en son sein.

C'est donc bien plus un obscurantisme politique que religieux qui s'est à notre avis exprimé mardi soir à l'Université libre de Bruxelles, par la violente censure qu'il a imposée au débat démocratique. Et qui du même coup a fait plusieurs victimes : l’Université elle-même, bien entendu ; la liberté d’expression ensuite, étouffée par la violence de cette démarche subversive ; enfin, et surtout peut-être, les musulmans pris en otage par une idéologie qui ne sert pas leurs revendications, mais ne vise qu’à les exploiter à des fins politiques. Il est au coeur de ce que nous avons déjà traité dans ces mêmes colonnes : d’une part les rapports sensibles entre le politique et le religieux ; d’autre part le dévoiement de la laïcité par l’extrême-droite, avec les effets pervers qu’il produit, à savoir l’amalgame savamment entretenu entre les deux, quand bien même seraient-ils foncièrement antagonistes.

Jean-Philippe Schreiber (ULB).

(Photo : Jérôme Choain)


 

Analyses du mois

  • 1
  • 2
Fragments of Heaven on Earth. Studying devotionalia
When does an object become religiously m...
Religion and Secularism in the European Union
ORELA is proud to announce the release...
Les bases neurales du sentiment religieux
Il y a une vingtaine d’années, au moment...
Le pastafarisme, fake cult et vrais enjeux
Lorsqu’en 2005, Bobby Henderson affirme ...