Français (Fr)English (United Kingdom)
RSS
Vendredi 22 Septembre 2017
AccueilANALYSES"Catho écolo"
Bannière

"Catho écolo"

Catégories associées

L’article du père Charles Delhez paru ce jour dans La Libre Belgique, « Éloge du silence et de la solitude » (21/06/2011) s’inscrit dans une longue tradition chrétienne, l’éloge de la nature et du silence. Cet attachement à la nature a fait couler beaucoup d’encre : les chrétiens seraient-ils « par nature » - sans mauvais jeu de mot – appelés à devenir dans notre modernité les partisans les plus zélés des mouvements écologistes ?

Une chose est en tout cas certaine, dans la tradition chrétienne, la nature est en effet un chemin de contemplation, une voie de connaissance spirituelle de Dieu, ce qu’on appelle le liber naturae ou le liber creaturae. Cette croyance, présente dès les débuts du christianisme, prend son ampleur avec saint Bonaventure au XIIIe siècle et postule que l’homme, en tant qu’étape finale de la création, doit être le chantre et l’interprète de cette incarnation. Occupant une place médiane et médiatrice entre les créatures sans raison et Dieu, c’est à lui qu’il revient, par l’exercice de sa raison, d’être l’ « œil de la contemplation », de célébrer le monde et de le comprendre tant de l’intérieur que de l’extérieur.

Le monde est une sorte de livre ouvert dans lequel le pénitent décèle et célèbre l’incarnation du Verbe. C’est pour cette raison que la nature joue un rôle essentiel dans la pratique de la prière – qu’il s’agisse du lieu ou elle se pratique ou des thèmes célébrés. Dans la plupart des religions d’ailleurs, les sociologues et les anthropologues ont montré que la prière sert à tisser des liens entre l’être individuel et son monde environnant.

Il n’est dès lors pas étonnant que les chrétiens aient – et continent à jouer - un rôle souvent crucial dans les groupes de pression et les partis écologistes, qu’il s’agisse de l’Europe ou des États-Unis. Il existe aujourd’hui un mouvement en France qui s’appelle « catho-écolo ».

Il ne faudrait pas oublier que l’attachement à la nature peut comporter aussi une prédilection pour l’ « ordre naturel », décrété immuable, fixé pour toujours par la création divine. De ce fait-là, toute atteinte à la réalité intangible (par un travestissement de la forme, par une interprétation des phénomènes basée sur l’inconscient, par une « déformation » de la lecture autorisée sur l’humain ou par une lecture polysémique du Livre) est violement proscrit. Autrement dit, l’attachement à la nature peut aller de pair avec un conservatisme avéré, qui concerne certes l’environnement mais également l’organisation sociale. Toute modification des lois qui gèrent la société peuvent de ce fait être discréditées parce que « non-naturelles ».

On le voit donc, les groupes et les mouvements écologistes sont traversés par des courants idéologiques qui peuvent aller d’un bout de l’échiquier politique à l’autre, entre la droite et la gauche.

Cécile Vanderpelen-Diagre (ULB).

Plus dans cette catégorie: Le repos dominical »

Analyses du mois

  • 1
  • 2
Religion and Secularism in the European Union
ORELA is proud to announce the release...
Les bases neurales du sentiment religieux
Il y a une vingtaine d’années, au moment...
Le pastafarisme, fake cult et vrais enjeux
Lorsqu’en 2005, Bobby Henderson affirme ...
Diplomatie européenne et liberté de religion
L’Union européenne a pris ces dernières ...
Pluralité religieuse et unité républicaine
Les 28 et 29 mars derniers se tenait à P...