Dimanche 24 juin 2018

Nous clôturons ici, avant les vacances d'ORELA, la première série de rediffusions des débats enregistrés lors du festival « La Religion dans la Cité » que nous avons en janvier dernier organisé à Flagey en collaboration avec le journal Le Soir et la RTBF. Il s'agit du Face à Face entre Mgr Jozef De Kesel, primat de Belgique, et Henri Bartholomeeusen, président du Centre d'Action laïque, un débat animé par les journalistes Béatrice Delvaux et Jean-Pierre Jacqmin.

Publié dans ANALYSES

L'Observatoire des Religions et de la Laïcité (ORELA) de l'Université libre de Bruxelles fait paraître son quatrième rapport sur l'état des religions et de la laïcité en Belgique, portant sur l'année 2015. Fort de près de 100 pages, ce rapport propose des commentaires et analyses relatifs à ce qui a fait l'actualité des religions et de la laïcité en Belgique l'an dernier. Il aborde le domaine des rapports entre religion et société comme celui des relations entre l'Etat et les cultes, et ce dans un contexte marqué de forte médiatisation du religieux, d'une omniprésence de l’islam tant dans les médias que dans le débat public, de peurs autour de l'islam, de recrudescence de l'antisémitisme et de débats sur des questions éthiques, entre sécularisation de la société et reconquête de l’espace public par le religieux. Il pointe aussi l’arrivée à la tête de l’archevêché de Malines-Bruxelles de Jozef De Kesel, et met en particulier en évidence les politiques publiques en lien avec le fait religieux, marquées par les développements de l’actualité récente, la réforme des cours de religion et de morale non confessionnelle, ainsi que la diversité culturelle et convictionnelle que l'on rencontre dans la Région de Bruxelles-Capitale, à la lumière des résultats du sondage ORELA/Le Soir/RTBF.

Le rapport au format pdf peut être téléchargé sur cette page-ci.
Publié dans Rapports ORELA
Mercredi, 15 juin 2016 14:19

Rapport ORELA 2015

L'Observatoire des Religions et de la Laïcité (ORELA) de l'Université libre de Bruxelles fait paraître son quatrième rapport sur l'état des religions et de la laïcité en Belgique, portant sur l'année 2015. Fort de près de 100 pages, ce rapport propose des commentaires et analyses relatifs à ce qui a fait l'actualité des religions et de la laïcité en Belgique l'an dernier.

Il aborde le domaine des rapports entre religion et société comme celui des relations entre l'Etat et les cultes, et ce dans un contexte marqué de forte médiatisation du religieux, d'une omniprésence de l’islam tant dans les médias que dans le débat public, de peurs autour de l'islam, de recrudescence de l'antisémitisme et de débats sur des questions éthiques, entre sécularisation de la société et reconquête de l’espace public par le religieux.

Il pointe aussi l’arrivée à la tête de l’archevêché de Malines-Bruxelles de Jozef De Kesel, et met en particulier en évidence les politiques publiques en lien avec le fait religieux, marquées par les développements de l’actualité récente, la réforme des cours de religion et de morale non confessionnelle, ainsi que la diversité culturelle et convictionnelle que l'on rencontre dans la Région de Bruxelles-Capitale, à la lumière des résultats du sondage ORELA/Le Soir/RTBF.

Le rapport au format pdf peut être téléchargé au moyen du lien ci-dessous.

Publié dans ANALYSES

Historienne, spécialiste d’Israël et des relations internationales, Frédérique Schillo est l'auteur notamment de “La politique française à l’égard d’Israël, 1946-1959”, un ouvrage publié chez André Versaille Editeur en 2012. Elle est chercheuse associée au Centre de Recherche français à Jérusalem (CNRS-MAEE) et au Centre d’Histoire de Sciences-Po-Paris. Elle analyse ici pour ORELA les divisions convictionnelles qui affectent la société israélienne. 

{youtube}-_7wkNbBNqU{/youtube}

Publié dans ANALYSES

Le 12 mars 2015, la Cour constitutionnelle de Belgique a rendu un arrêt appelé à faire date : en effet, suite à une question préjudicielle posée par le Conseil d’État, la Cour a accordé aux parents d’élèves de l’enseignement officiel le droit d’obtenir désormais sur simple demande, non motivée, une dispense pour leurs enfants de suivre l’enseignement d’une des religions dites reconnues, ou de la morale non confessionnelle. Et ce parce que la Cour a estimé que le cours de morale était un cours engagé, non du fait de son contenu — dont elle ne préjuge pas —, mais parce que l’article 5 du décret de la Communauté française de 1994 définissant la neutralité de l’enseignement officiel fonde explicitement le cours de morale sur le principe du libre examen.

Informations supplémentaires

Publié dans ANALYSES
Mercredi, 18 novembre 2015 09:52

The struggle for laïcité in France

France is usually thought of as the embodiment of laïcité (secularism). However, the struggle to both reach a generally accepted understanding of it, and to implement it, is ongoing. The immediate past has highlighted tensions due to religious beliefs and practices in French society, whereas recent social and religious evolutions also have an impact on laïcité.

Informations supplémentaires

Publié dans ANALYSES

En juin 2014, ORELA remettait à son commanditaire, le Centre d'Action laïque, le rapport final d'une étude réalisée par Stéphane Jonlet et consacrée aux "Dynamiques individuelles de sécularisation : le cas des personnes de tradition musulmane en Belgique". Ce rapport, rendu public depuis, a tenté d’apporter une meilleure compréhension du vécu de ceux qui, liés d’une manière ou d’une autre au « monde musulman », se sont éloignées de ses pratiques et croyances religieuses.

L’hypothèse principale qui a présidé à la conception de l’étude était celle de l’existence d’un phénomène de « double marginalisation » subi par ces personnes : d’un côté de la part de musulmans qui les rejettent en raison de la distance qu’ils affichent envers la religion ; d’un autre côté de la part d’acteurs institués de la société belge qui les assignent à une supposée identité religieuse. Le but de cette recherche a consisté à apporter un regard objectif sur ce phénomène de « double marginalisation », tout en le situant dans le contexte plus large des dynamiques de sécularisation qui se développent au sein des populations musulmanes de Belgique.

Le rapport au format pdf peut être téléchargé sur cette page-ci.

Publié dans Rapports ORELA

En juin 2014, ORELA remettait à son commanditaire, le Centre d'Action laïque, le rapport final d'une étude réalisée par Stéphane Jonlet et consacrée aux "Dynamiques individuelles de sécularisation : le cas des personnes de tradition musulmane en Belgique". Ce rapport, rendu public depuis, a tenté d’apporter une meilleure compréhension du vécu de ceux qui, liés d’une manière ou d’une autre au « monde musulman », se sont éloignées de ses pratiques et croyances religieuses.

Informations supplémentaires

Publié dans ANALYSES

L'Observatoire des Religions et de la Laïcité (ORELA) de l'Université libre de Bruxelles fait paraître son troisième rapport sur l'état des religions et de la laïcité en Belgique, portant sur l'année 2014. Fort de près de 100 pages, ce rapport propose des commentaires et analyses relatifs à ce qui a fait l'actualité des religions et de la laïcité en Belgique l'an dernier. Il aborde le domaine des rapports entre religion et société comme celui des relations entre l'Etat et les cultes, et ce dans un contexte marqué de forte médiatisation du religieux, de peurs autour de l'islam, de recrudescence de l'antisémitisme, de débats sur des questions éthiques, entre sécularisation de la société et retour institutionnel des religions. Il met en particulier en évidence la diversité culturelle et convictionnelle que l'on rencontre dans la Région de Bruxelles-Capitale, contrastant souvent avec la situation connue dans les autres Régions du pays.

Le rapport au format pdf peut être téléchargé sur cette page-ci.

Publié dans Rapports ORELA

L’historien-sociologue Emile Poulat vient de mourir à l’âge de 94 ans. D’abord spécialiste de l’histoire du catholicisme, il a également consacré, ces vingt-cinq dernières années, une demi-douzaine d’ouvrages à l’histoire de la laïcité. C’est un maître es-sciences humaines qui vient de disparaître. En 1954, avec quatre autres chercheurs — « Les cinq doigts de la main » avait-on coutume de dire alors —, Emile Poulat fonde, dans le cadre du CNRS, le Groupe de Sociologie des Religions. On est alors au début du processus d’organisation collective de la recherche en sciences sociales. De plus, une approche sociologique des religions constitue une sorte de transgression et le « parrain » du Groupe, le juriste Gabriel Le Bras, use de diplomatie pour que la hiérarchie catholique ne s’insurge pas contre cet état de choses !

Informations supplémentaires

Publié dans ANALYSES
Page 2 sur 4

Analyses du mois

Maman Olangi (Elisabeth Wosho Onyumbe), fondatrice de la Communauté internationale des femmes messagères de Christ…
Historienne, directrice d’études et membre du CéSor à l'École des hautes études en Sciences sociales…
Depuis sa popularisation dans les années 1990, Internet s’est profondément complexifié, offrant des services tant…
Jacques Ehrenfreund, professeur ordinaire à la Faculté de Théologie et de Sciences des Religions de…
Combien de musulmans y a-t-il en Belgique ? Voilà une question qui a déjà largement défrayé…
En Italie, l’Église est toujours intervenue pour indiquer à ses fidèles en faveur de qui…
Aller en haut