Jeudi 21 février 2019

Il y a quarante ans, les Iraniens mettaient un terme à une longue tradition impériale avant de se doter d’un système politique basé sur une idéologie : le velayat-e faqih, à savoir « la tutelle du juriste-théologien ». Cette idéologie fait du guide suprême religieux la pierre angulaire du régime. Pour autant, ni la révolution ni l’instauration postrévolutionnaire d’un chiisme institutionnel ne saurait valider la thèse – comme celle de Peter L. Berger (The Desecularization of the World, 1999) – consistant à voir dans le retour religieux sur la scène politique un phénomène de « dé-sécularisation ». En fait, l’Iran chiite, en rompant avec la politique du Shah a mis un terme à un type de sécularisation : celui du modèle occidental visant un rabattement du religieux dans la sphère privée, voire un effacement du religieux au profit d’une considération de la raison comme nouvelle source de toute norme.

Informations supplémentaires

Publié dans ANALYSES

Analyses du mois

Il y a quarante ans, les Iraniens mettaient un terme à une longue tradition impériale…
On January, 14th, the new Flemish curriculum for Roman-Catholic RE (secondary education) was officially presented.…
L’enseignement des faits religieux est un sujet à la croisée de questionnements qui relèvent de…
L'invitée ORELA est Cécile Vanderpelen-Diagre, professeure à l'Université libre de Bruxelles, directrice du Centre interdisciplinaire…
La deuxième édition du Festival "La Religion dans la Cité", organisé par l'ULB, Flagey, Le…
En novembre 2018, l’Église belge a, pour la première fois, publié un rapport annuel. Élaboré…
Aller en haut