Jeudi 20 juin 2019
Résultats de la recherche pour : Caroline Sägesser

La commission de l’Éducation du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a entamé une série d’auditions autour du projet d’introduction d’un tronc commun pour tous les cours de religion et le cours de morale non confessionnelle, présenté par la ministre de l’Enseignement obligatoire Marie-Dominique Simonet (Centre démocrate humaniste - CdH). Ce tronc commun serait articulé autour de trois thématiques : le questionnement philosophique, le dialogue interconvictionnel et l’éducation à une citoyenneté active. Le contenu en serait déterminé par un groupe de travail composé des différents représentants des cultes (à l’instar du Conseil supérieur des cours philosophiques, qui fonctionne depuis 2005), et serait d’application tant en primaire qu’en secondaire, et ce, dans tous les réseaux. Il ne concernerait cependant qu’une partie du programme de chaque cours, l’autonomie de chaque culte restant entière pour le reste du contenu de l’enseignement.

Publié dans ANALYSES
Mardi, 19 juin 2012 07:11

Cultes et laïcité en Belgique

La question de la régulation publique du religieux est depuis peu revenue au cœur du débat de société en Belgique, et ce pour plusieurs motifs. D’abord, une polarisation idéologique que l’on n’avait plus connue à ce sujet depuis de longues années. Ensuite, l’effet collatéral des controverses relatives à la diversité culturelle et aux demandes de reconnaissance, le plus souvent brandies au nom de la liberté religieuse, qui sont au cœur de cette question. A cela s’ajoute, il faut bien le dire, la gestion chaotique du culte islamique dont les pouvoirs publics ont fait preuve ces quinze dernières années. Et puis aussi la mise en cause de la part privilégiée perçue en matière de financement public par une Eglise catholique en perte de vitesse et de crédibilité. Enfin, dernier élément, du fait des rapports rendus par les commissions successives invitées par les ministres de tutelle à plancher sur une réforme du système de financement des cultes.

Publié dans ANALYSES

La Belgique est un pays de tradition catholique. Lors de sa constitution, plus de 99 % de sa population s’identifiaient comme tels. Depuis, cette proportion a fortement diminué, sous la double influence de la sécularisation et de l’immigration. La baisse s’est accélérée ces quarante dernières années. Sur base des derniers chiffres livrés par l’enquête décennale réalisée par une équipe de la Katholieke Universiteit Leuven (KUL) et de l’Université catholique de Louvain (UCL) dans le cadre de la European Values Study, seuls 50 % des Belges se déclaraient encore catholiques en 2009. Cette estimation est probablement la plus fiable dont nous disposions (la Belgique n’organise pas de recensement des convictions religieuses) ; elle concerne une déclaration d’affiliation, qui ne donne pas de renseignements sur le degré d’adhésion à la religion catholique (dogmes et morale) ni sur la pratique religieuse. Mais en cette dernière matière, nous disposons de statistiques globalement fiables fournies par les autorités ecclésiastiques. Elles livrent des pourcentages de pratique très inférieurs à 50 %, et dont la baisse a tendance à s’accélérer.

Publié dans ANALYSES
Samedi, 17 mars 2012 08:48

Revue de presse hebdo, 17 mars

Maghreb

Amina Al Filali, 16 ans, a été obligée par la loi d’épouser celui qui l'avait violée. La jeune fille s'est suicidée, déclenchant une réflexion dans le pays sur la protection des femmes. Dans de nombreuses familles où le poids de la tradition et de la religion est très fort, la perte de la virginité hors du mariage est considérée comme un déshonneur pour la famille — Le Maroc choqué après le suicide d'une jeune fille violée (Caroline Bruneau, Le Figaro)

La religion en Constitutions — Une opinion de Loïc Le Pape sur "The politics of religion/Les politiques du religieux" (Hypothèses.org)

Publié dans ACTUALITÉS

En Wallonie, la question de la réaffectation des églises est actuellement débattue au Parlement, à l’initiative de deux députés socialistes. Ceux-ci ont déposé une proposition visant à réaliser un cadastre des biens classés affectés à l’exercice d’un culte, première étape vers une désacralisation et une réaffectation de certains d’entre eux. Cette désacralisation est considérée comme nécessaire vu l’importance du coût de l’entretien d’édifices dont la fréquentation ne cesse de baisser. La chef du groupe PS Isabelle Simonis et le député Daniel Senesael ont déposé une proposition de décret « en vue de réaliser un cadastre des monuments classés affectés à l'exercice d'un culte ». Selon la députée, le projet est justifié par le coût élevé des travaux réalisés sur ces édifices : pour l'année 2012, sur un budget de restauration du patrimoine classé de 38 millions d'euro, 5 millions seraient exclusivement consacrés à la restauration des édifices classés ouverts au culte.

Publié dans ANALYSES

En Belgique, la quasi-totalité des élèves suivent soit un cours de religion soit un cours de morale non confessionnelle durant toute la durée de la scolarité obligatoire (de 6 à 18 ans). Les établissements scolaires se répartissent en deux réseaux : le réseau officiel qui rassemble les écoles organisées par les pouvoirs publics, et le réseau libre, majoritairement catholique, qui comprend les écoles organisées par des organismes privés. Ces dernières sont également financées par les pouvoirs publics. Dans le réseau officiel, l’élève a le choix entre l’enseignement d’une religion reconnue ou celui de la morale non confessionnelle. Les religions reconnues sont actuellement le catholicisme, le protestantisme, l’anglicanisme, le judaïsme, l’islam et la religion orthodoxe. Dans le réseau libre, la plupart des établissements imposent l’enseignement d’une seule religion, dans la plupart des cas la religion catholique. Telle est la situation depuis l’adoption de la loi du Pacte scolaire en 1959.

Publié dans ANALYSES

Le régime belge des cultes comprend, depuis ses origines (1830-31), un financement public des cultes dits reconnus. Celui-ci a été étendu aux organisations philosophiques non confession-nelles reconnues en 1993. La réforme du système est à l’ordre du jour depuis une quinzaine d’années.

Depuis la fin des années 1990, plusieurs études ont mis en lumière les problèmes essentiels du financement public des organisations convictionnelles : l’automaticité du financement, le manque de transparence et de contrôle, les inégalités entre les différentes convictions et, en particulier, l’importance disproportionnée du montant attribué à l’Église catholique. Le débat s’est cristallisé autour de la réforme des modalités du financement, bien davantage qu’autour de son hypothétique suppression ; à cet égard, l’accès au financement de la communauté philosophique non confessionnelle (la laïcité organisée) a légitimé son maintien.

La régionalisation de la législation concernant les fabriques d’églises (et établissements assimilés) au 1er janvier 2002 a confié aux Régions (et à la Communauté germanophone) le soin de la réformer éventuellement. Jusqu’à présent, les nouveaux dispositifs législatifs adoptés n’ont pas modifié en profondeur les mécanismes de financement.

Publié dans ANALYSES

L’Exécutif des Musulmans de Belgique, organe représentatif du culte islamique, a été mis sur pied en 1999. Depuis, il n’a cessé d’être l’objet de critiques et la proie de dissensions internes. Dernière en date, le vote de défiance de l’Assemblée des Musulmans du 13 janvier 2011 à l’égard de membres d’un Exécutif qui ne jouit plus de la reconnaissance des pouvoirs publics.

Le culte islamique a été reconnu par une loi du Parlement belge, c’est-à-dire formellement admis au financement public, en 1974. Cette reconnaissance entraînait la nécessité de reconnaître également un organe représentatif pour ce culte, indispensable pour mettre en œuvre cette décision, en vertu du dispositif constitutionnel belge. Diverses voies ont été explorées par les pouvoirs publics pour obtenir cet organe représentatif. Dans un premier temps, ils se sont tournés vers le Centre islamique et culturel, qui occupait depuis 1969 le pavillon oriental (la « grande mosquée ») du parc du Cinquantenaire, à proximité des institutions européennes. Mais la non-représentativité du Centre, proche de l’Arabie Saoudite, par rapport aux musulmans de Belgique, qui sont pour l’essentiel originaires du Maroc et de la Turquie, a conduit à rechercher une autre solution.

Publié dans ANALYSES

En 1831, le Constituant belge a fait le choix de conserver un financement public des cultes, alors même qu’il abolissait le Concordat et décidait l’indépendance des Églises. Ce système hybride existe toujours aujourd’hui, inchangé dans ses principes comme dans ses principaux mécanismes. Seuls ont évolué le cercle des bénéficiaires, en parallèle avec les changements du paysage convictionnel, et les niveaux de pouvoir concernés, suivant en cela les réformes institutionnelles de l’État fédéral. Durant ces dix dernières années, le financement public des organisations convictionnelles a été l’objet d’une attention soutenue ; plusieurs études ont permis de mieux connaître son fonctionnement.

A l’origine, le financement public des cultes concernait l’Église catholique, principale bénéficiaire, mais aussi les cultes protestant, anglican et israélite. Au XXème siècle, il s’est élargi aux cultes islamique (1974) et orthodoxe (1985), ainsi qu’aux organisations philosophiques non confessionnelles. Parmi elles, seule la laïcité organisée bénéficie de l’ensemble des mécanismes de financement public (2002) ; le bouddhisme reçoit un financement partiel destiné à lui permettre de se structurer.

Publié dans ANALYSES
Vendredi, 14 octobre 2011 09:56

Revue de presse, 14 octobre

Belgique

La baisse de la pratique religieuse s’accélère, elle aussi, surtout à Bruxelles. Même pour les grands moments symboliques de la vie, comme le baptême, le mariage ou les funérailles - Un Belge sur cinq se marie encore à l'Église (Ricardo Gutierrez, Le Soir)

Etienne Arcq, le rédacteur en chef du Courrier hebdomadaire du Crisp, et Caroline Sägesser, dont les travaux sur le financement des cultes font autorité chez nous, viennent de sortir un double numéro très instructif sur "le fonctionnement de l’Eglise catholique dans un contexte de crise" - Une Eglise coupée en deux (Christian Laporte, La Libre Belgique)

Une manifestation du Vlaams Belang contre la construction d’une mosquée à Uccle a réuni une soixantaine de personnes. Pour le parti, « il se pourrait qu’une ‘guerre des religions’ éclate dans les rues d’Uccle » dans le cas où la mosquée serait construite - Le Vlaams Belang manifeste contre la construction d’une mosquée (dépêche Belga, Le Soir)

Cela fait quelques temps qu’on n’entendait plus parler de lui. L’archevêque de Malines-Bruxelles, Mgr André-Joseph Léonard, se devait sans doute d’observer un certain jeûne médiatique, suite aux effrayants scandales pédophiles à répétition impliquant des membres du clergé, et non des moindres, puisque parmi eux on comptait un évêque, Mgr Roger Vangheluwe - La nouvelle provocation de Mgr Leonard (Bruxelles) : Les enseignants divorcés interdits d’école ! (Golias)

Politique

Un vif débat agite les primaires républicaines américaines. L’un des candidats, Mitt Romney, ancien gouverneur du Massachussetts et actuel favori des primaires, est attaqué pour son appartenance à l’Eglise de Jésus-Christ des saints des derniers jours, autrement dit l’Eglise mormone - Un mormon peut-il se présenter à la présidentielle aux Etats-Unis? (Matthieur Mégevand, Le Monde des Religions)

Dans son édition de mercredi, Le Nouvel Observateur se demande si le pape a eu vent de frasques sexuelles de Silvio Berlusconi avec des jeunes femmes déguisées en nonnes, peu avant que l'Eglise catholique italienne ne condamne violemment le président du Conseil - SISTER ACT – Le « porno religieux » a-t-il signé le divorce entre Berlusconi et l’Eglise italienne ? (Blog Le Monde)

Catholicisme

De timides ouvertures seraient-elles possibles même derrière les épais murs du Vatican ? C’est en tout cas ce que laisse supposer la révélation récente d’une lettre du cardinal Ivan Dias, alors encore préfet de la congrégation pour l’évangélisation des peuples, en date du 2 février 2011, qui exhorte les évêques à associer à la vie des paroisses les prêtres qui ont obtenu la dispense du célibat pour se marier - Le cardinal Dias (Inde) appelle au retour des prêtres mariés dans les paroisses (Golias)

Dossier

Le récent rapport "Banlieues de la République" publié par l'Institut Montaigne et dirigé par Gilles Kepel, souligne l'influence croissante de l'islam dans les cités ; sa publication et ses répercussions médiatiques provoquent des réactions nombreuses et contradictoires. Pour la démographe Michèle Tribalat, l'islam reste une menace, aux élites d'arrêter de minimiser les dangers de son expansion. La mixité urbaine est une fable, le séparatisme est devenu culturel, ajoute Christophe Guilluy. La religion, pense Leyla Arslan, est un marqueur d'intégration, pas de division. Pourquoi ne pas traiter le problème par la question sociale totalement occultée, s'interroge Gérard Mauger, le problème ethnique étant un faux-fuyant - Islamisation des cités : mythe ou réalité ? (Le Monde)

Débats

SAMIR ARBACHE, professeur de théologie et d’histoire des religions à l’Université catholique de Lille - Le risque d’une dérive confessionnelle (Jean-Baptiste Ploquin, La Croix)

One of the most tedious recurring questions in the public debate about faith has been "is religion compatible with science?" Why won't it just go away? - Religion's truce with science can't hold (Julian Baggini, The Guardian)

Culture

L’ouvrage est lumineux, passionnant. Et pas seulement parce qu’il émane de l’une des plus éminentes personnalités du christianisme oriental, Bartholomeos Ier. Mais surtout parce qu’il synthétise avec une remarquable acuité les convictions du primat d’honneur de l’orthodoxie. En vingt ans, le patriarche œcuménique de Constantinople a su transcender les difficultés de son Église en devenant une autorité morale mondialement reconnue - À LA RENCONTRE DU MYSTÈRE, comprendre le christianisme orthodoxe aujourd’hui (François-Xavier Maigre, La Croix)

Publié dans ACTUALITÉS
Page 3 sur 3

Analyses du mois

À l’occasion de la deuxième édition du festival "La Religion dans la Cité" (Flagey, Bruxelles,…
À l’occasion de la deuxième édition du festival La Religion dans la Cité (Flagey, Bruxelles,…
À l’occasion de la deuxième édition du festival La Religion dans la Cité (Flagey, Bruxelles,…
À l’occasion de la deuxième édition du festival La Religion dans la Cité (Flagey, Bruxelles,…
C’est un comédien et humoriste inexpérimenté en politique, populiste pour d’aucuns, Volodymyr Zelensky, qui a…
Depuis la rentrée scolaire de septembre 2016 au niveau primaire, et celle de 2017 au…
Aller en haut