Jeudi 15 novembre 2018
Résultats de la recherche pour : Olivier Gillet

En octobre 2018, le Patriarcat œcuménique de Constantinople a reconnu l’autocéphalie (« indépendance ») de l’Église d’Ukraine (Patriarcat de Kiev), privant l’Église de Russie de près de trente millions de fidèles. Constantinople rétablit Philarète de Kiev dans ses fonctions en tant que primat, et révoque la décision de 1686 qui rattachait les éparchies d’Ukraine à l’Église de Russie. Considérée comme une victoire du président Petro Porochenko, cette décision provoque la désapprobation de Moscou qui menace de schisme l’Église orthodoxe en rompant ses relations avec Constantinople.

Publié dans ANALYSES
Dimanche, 27 septembre 2015 08:28

The religious situation in Romania

A country of twenty million Latin-language speaking inhabitants, Romania is situated on the crossroad of different politic, religious and cultural influences. In the Moldavian and the Walachia principalities, the role of the Byzantine, the Ottoman, and the Russian Empires was essential. As for Transylvania, it was influenced by Vienna, Budapest and Rome. Unavoidably, this historic heritage is closely related to the Romanian religious situation.

Publié dans ANALYSES
Mercredi, 02 septembre 2015 14:21

Romania

A country of twenty million Latin-language speaking inhabitants, Romania is situated on the crossroad of different politic, religious and cultural influences. In the Moldavian and the Walachia principalities, the role of the Byzantine, the Ottoman, and the Russian Empires was essential. As for Transylvania, it was influenced by Vienna, Budapest and Rome. Unavoidably, this historic heritage is closely related to the Romanian religious situation. In ancient Moldavian and Walachia principalities, the dominant Church (87 %) is the Orthodox. In Transylvania, different denominations share the believers with the Orthodoxy: Roman Catholicism (5 %), Greek-Catholicism (Uniatism) (1 %) and the Protestantism, or more precisely Calvinism (3 %), Unitarianism (anti-Trinitarians) (0.3 %) and Lutheranism (0.5 %). Roman Catholicism, Calvinism, Unitarianism, and Lutheranism followers are mainly among the Hungarian community.

Publié dans EU Countries

Les pays d’Europe où l’orthodoxie est la religion dominante, ont connu l’athéisme comme idéologie officielle sous le communisme, à l’exception de la Grèce. La place de l’athéisme dans ces pays suscite aujourd’hui diverses réflexions, à la lumière de l’histoire des XIXe et XXe siècles, mais aussi en raison du statut de l’orthodoxie dans la société contemporaine est et sud-est européenne. Les données relatives à l’athéisme et à la croyance en Dieu varient en fonction des sondages et des études. Les statistiques évoquent 80 % à 90 % d’orthodoxes dans des pays comme la Roumanie, la Serbie, la Bulgarie ou la Grèce. En Russie, on constate même une augmentation sensible des « croyants » depuis la chute de l’U.R.S.S. En Serbie, lors d’un recensement en 2002, près de 85 % de la population se déclara orthodoxe, mais 20 % affirmèrent croire réellement en Dieu. Par contre, moins d’un pourcent des citoyens se sont déclarés clairement athées.

Publié dans ANALYSES

L’Eglise orthodoxe a décidé au début des années soixante d’organiser la tenue d’un concile panorthodoxe afin de régler un certain nombre de problèmes qui se posent à l’intérieur de la communion. Mais le monde a changé depuis lors. La chute du communisme a recomposé le paysage religieux en Europe orientale et dans les Balkans. Les enjeux de ce concile sont certes fondamentaux, voire « historiques », pour l’avenir de l’orthodoxie, mais les difficultés demeurent nombreuses.

Publié dans ANALYSES

La dénonciation, par le groupe féminin punk des Pussy Riots, de la collusion entre Eglise et Etat en Russie est l’occasion de revenir sur les rapports entre l’Eglise orthodoxe et le pouvoir en Russie : la laïcité y est certes inscrite dans la Constitution, mais l’Eglise orthodoxe conserve un statut privilégié dans la loi relative aux cultes. La soumission traditionnelle du pouvoir religieux à l’Etat, héritée de Byzance, demeure une réalité en Russie : l’orthodoxie est inséparable de la Nation russe. L’Etat russe peut dès lors compter sur un soutien inconditionnel de l’Eglise orthodoxe et, inversement, l’Eglise moscovite bénéficie d’un appui politique et d’un prestige considérables.

Publié dans ANALYSES

Analyses du mois

En octobre 2018, le Patriarcat œcuménique de Constantinople a reconnu l’autocéphalie (« indépendance ») de l’Église d’Ukraine…
The Observatory of Religions and Secularism (ORELA), hosted by the Université libre de Bruxelles, is…
Pierre Schammelhout nous a quittés ce jeudi 18 octobre, jour de son 83e anniversaire. Docteur…
Depuis une quinzaine d’année, le projet Eurel (Sociological and legal data on religions in Europe and…
John V. Tolan, historian of cultural and religious relations between the Arab and Latin worlds…
L'invité ORELA est Baudouin Decharneux, professeur à l'Université libre de Bruxelles, maître de recherches du…
Aller en haut