Mercredi 12 décembre 2018
Samedi 23 mars 2013

Les églises brésiliennes à Bruxelles

Les Brésiliens sont devenus assez nombreux en Belgique, et particulièrement dans sa capitale, au cours des deux dernières décennies. Très généralement d’extraction populaire et souvent relégués dans une situation administrative d’illégalité, ils occupent les niches professionnelles classiquement réservées au XXIe siècle aux immigrants de fraîche date dans les pays les moins touchés par la crise : travail dans le bâtiment, dans l’entretien des jardins, dans le nettoyage, la restauration, les soins aux enfants, aux personnes âgées, aux malades, la domesticité interne et la prostitution. En émigrant ils ont évidemment emporté avec eux leurs croyances. Si le Brésil était encore considéré au XXe siècle comme uniformément catholique (porteur seulement de traces de syncrétisme avec des cultes africains ou locaux), ce n’est plus le cas aujourd’hui. Les catholiques sont 64,6 % (soit 123 millions de Brésiliens), les protestants 22,2 % (42 millions de personnes) et 8 % de la population se définit sans affiliation religieuse.

Le pluralisme religieux y a fait son chemin. Si la Constitution brésilienne de 1988 avait bien été promulguée « sous la protection de Dieu », la mention sur les billets de banque brésiliens (reais) de la formule « Deus seja louvado » (Dieu soit loué) ajoutée en 1986 à l’initiative du président de l’époque Josè Sarney, fait aujourd’hui débat. Le ministère public de São Paulo, par la voix du procureur Jefferson Aparecido Dias, a demandé que cette mention ne figure plus à partir de mars 2013 sur les billets afin de protéger la liberté religieuse de tous les citoyens brésiliens.

Dans ce climat de remise en cause du monopole catholique, ce sont les différentes églises liées au protestantisme qui se sont développées rapidement. Il s’agit essentiellement d’évangélistes, de pentecôtistes et de témoins de Jéhovah qui accumulent les succès, surtout en milieu populaire. La répartition religieuse des Brésiliens immigrés en Belgique reflète cette évolution récente. À Bruxelles, à côté de la communauté catholique brésilienne réunie autour de la paroisse de Jésus travailleur (Jesus trabalhador) on trouve des presbytériens rénovés, des témoins de Jéhovah, des églises pentecôtistes (Deus è Amor, Deus è Fiel) et diverses églises évangéliques (Semade - O Brasil para Cristo - Comunidade Cristã - Renascer en Cristo - Assemblea de Deus Misionario...).

Géographiquement ces églises se concentrent, logiquement, dans des quartiers de Bruxelles qui ont une longue tradition d’accueil des immigrés de fraîche date. En effet les communes de Saint-Gilles et Anderlecht (Cureghem), après avoir été le lieu de vie de nombreux Juifs, Italiens et Espagnols, ont accueilli beaucoup de Polonais, de Marocains, de Portugais et de Brésiliens. Ainsi la paroisse catholique de Jesus trabalhador est une des paroisses de Saint-Gilles, située chaussée de Forest, tandis que l’église pentecôtiste Deus è Amor se trouve dans la même rue (rue Gheude) que la Semade à Anderlecht, commune où l’on retrouve aussi la vaste Comunidade Cristã (rue des deux Gares), les presbytériens rénovés et Deus è Fiel (rue Van Lint pour ces deux dernières).

Ces églises rejoignent donc les lieux de vie, ou du moins de rencontre, de leurs fidèles potentiels. Elles offrent à ces fidèles des services religieux, mais aussi sociaux. Les services religieux sont fervents et nombreux. Ainsi la paroisse catholique brésilienne de Saint-Gilles tranche sur ses homologues belges, en voie de quasi extinction de la pratique religieuse, en proposant tous les soirs des réunions accessibles après les journées de travail. À 19h30 en semaine, à 18h le week-end, on peut ensemble y prier, chanter, étudier la « parole de Dieu », faire de la musique, ou alors se confesser ou participer à la messe. Il s’agit d’un groupe de renouveau charismatique mais, étant donné la situation administrative de nombre de ses paroissiens, il s’est impliqué activement dans les luttes pour la régularisation des sans-papiers et dans leur aide sociale.

L’église pentecôtiste Deus è Amor a été fondée en 1962 par David Miranda. Elle a son siège mondial à São Paulo et assure y avoir construit le plus grand temple du monde, prévu pour 140.000 personnes et inauguré en 2004. Si les deux sièges de Bruxelles sont modestes, ils offrent le culte le samedi soir et le dimanche soir et entretiennent des liens d’entraide entre leurs membres (offres de travail, logement, garde d’enfants, vêtements...) auxquels ils proposent aussi des activités religieuses exceptionnelles (veillées de prière, déplacements vers d’autres communautés hors de Belgique...). La Semade est une branche de mission de l’Assemblée de Dieu en Europe, invoquant l’Esprit-Saint, créée en 2000 en Belgique par Edvaldo Tavares Gomes, originaire de la ville de Goiânia, et décédé prématurément à la fin de 2012. La Comunidade Cristã se présente comme jeune et branchée et, en-dehors de son siège bruxellois, qui offre quatre réunions par semaine, elle a aussi des antennes à Anvers, Liège et Turnhout.

Les fondateurs des églises dont nous venons de parler ont généralement à cœur d’utiliser dans leur entreprise religieuse les membres de leur famille. Point n’est nécessaire de pâlir de nombreuses années sur la patristique, l’exégèse, l’homilétique ou l’heuristique avant de devenir pasteur. Les charismes de la communication suffisent généralement au succès du fondateur. Sa femme et ses enfants sont presque toujours associés à sa prédication ou à la gestion du groupe. Ainsi si David Miranda a fondé l’église pentecôtiste Deus è Amor, sa femme y est « conseillère », son fils y est pasteur et sa fille Debora Miranda chante pour l’église. Lorsque le fondateur de la Semade en Belgique décède prématurément, le magazine illustré AB destiné aux Brésiliens de Belgique annonce très spontanément que ce sont les trois enfants du pasteur Edvaldo Tavares Gomes qui vont poursuivre son travail et sont déjà légitimés.

Les églises brésiliennes de Bruxelles s’adressent à un public de travailleurs modestes, mais qui maîtrisent Internet et possèdent très généralement téléphones mobiles, smartphones ou ordinateurs portables. Ce sont ces vecteurs qui vont être utilisés pour faire connaître les différentes églises. Ainsi, il y a un site pour la paroisse catholique de la Comunidade Jesus Trabalhador (www.ccbbruxelas.be) mais aussi pour la Comunidade Cristã (www.ccbnet.eu) ou les églises pentecôtistes (Deus es Amor...). On peut y suivre des homélies, être tenu au courant de l’agenda des activités du groupe ou des heures de culte. La Comunidade Cristã communique avec ses fidèles via une radio qui fonctionne 24 heures sur 24 (www.radioccbnet.com). Lors des réunions, il est possible d’acheter des DVD de chants ou de prédications à se repasser chez soi.

La revue des Brésiliens en Belgique (AB Magazine) sert aussi de caisse de résonance aux activités religieuses, annoncées par de pleines pages de publicité voire sur la couverture. Ainsi la venue à Bruxelles du chanteur Lázaro fait la une de la revue pour annoncer son concert du 23 février 2013 à Tour et Taxi dans une salle de 5.000 personnes, mais sa venue en Belgique est organisée par l’église Comunidade Cristã. Il est un ambassadeur chantant de l’église comme Debora Miranda l’est pour Deus è Amor. Lorsque le pasteur Edvaldo, fondateur de l’église Semada en Belgique, meurt subitement alors qu’il était momentanément retourné à Goiâna, son culte funèbre est filmé et des fragments sont mis en ligne sur Youtube pour permettre aux fidèles résidant à Bruxelles de s’y associer. Les liens sont communiqués via la revue AB Magazine. À chaque instant il est possible de consulter les sites et les éventuelles nouveautés qui y sont postées. L’usage de tous ces moyens actuels resserre évidemment les liens entre les membres, souvent isolés pendant la semaine.

Pour trouver un travail, un logement, une solution pour leurs enfants, une aide administrative ou même des vêtements chauds d’hiver, les Brésiliens de Bruxelles peuvent compter sur leurs églises. Beaucoup de fidèles vivent dans la précarité et y trouvent du soutien. Les églises transmettent aussi à leurs ouailles les informations qui les intéressent le plus : quelles sont les conditions pour sortir de la clandestinité et obtenir des papiers ? Où suivre un cours de français ? Par quelle frontière faire venir sa famille ? Quel est le moyen le moins coûteux pour lui faire parvenir de l’argent ? Comment louer un appartement à Bruxelles et obtenir des compteurs d’électricité et d’eau si on est dépourvu de documents en ordre ?

À toutes ces questions vitales pour l’arrivant il est possible de trouver réponse dans les églises, car d’autres Brésiliens y ont déjà été confrontés et peuvent échanger leurs expériences, leurs « trucs et solutions ». Les messages délivrés n’ont rien d’ouvertement politique ou encore moins de révolutionnaire. Mais Karl Marx ne disait-il pas il y a 175 ans déjà, avant d’ajouter son célèbre « La religion est l’opium du peuple » : « La détresse religieuse est, pour une part, l’expression de la détresse réelle et, pour une autre, la protestation contre la détresse réelle. La religion est le soupir de la créature opprimée, la chaleur d’un monde sans cœur, comme elle est l’esprit de conditions sociales d’où l’esprit est exclu » (Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel, Introduction (1844).

On peut être étonné de voir qu’en fait, beaucoup de Brésiliens n’ont pas un attachement exclusif à une seule église mais peuvent circuler entre plusieurs d’entre elles. La proximité géographique joue un rôle dans cette mobilité. S’il n’y a pas aujourd’hui de culte à mon église « habituelle »  je peux traverser la rue et y assister dans une autre église où je vais retrouver un certain nombre de mes repères et... de Brésiliens de mes connaissances. Les différences dogmatiques s’effacent devant les similitudes communautaires et sociales. Le groupe religieux agit ici comme un substitut du groupe familial. Tous ses membres étant dans une situation semblable de déracinement, on peut y retrouver dans une ambiance familière des interlocuteurs pour y exprimer dans sa langue, ses joies, ses peines, sa nostalgie.

On peut aussi se demander, comme pour toutes les situations religieuses en migration, si ces églises spécifiques favorisent l’intégration ou isolent leurs membres de la réalité belge. Au-delà du rôle social qu’elles s’attribuent et qui permet à nombre de Brésiliens de surmonter des situations difficiles ou même de survivre, certaines de ces églises sont des étapes progressives vers la mixité. Ainsi l’imposante communauté Cristã Brasileira d’Anderlecht réunit un public international et plusieurs autres églises sont également « mixtes ». On y trouve, à côté des Brésiliens, des ressortissants portugais ou issus des anciennes colonies portugaises en Afrique noire comme aussi d’autres pays. La langue portugaise n’est plus exclusivement utilisée et fait une place au français ou à l’anglais. Le français trône sur certaines façades. Pour la deuxième génération qui commence à poindre, le portugais n’est plus la langue la plus compréhensible. Ainsi le « repli » sur ces églises communautaires peut aussi ouvrir une porte vers le « différent », être un pont entre « là-bas » et « ici ».

Anne Morelli (ULB).

Analyses du mois

En novembre 2018, l’Église belge a, pour la première fois, publié un rapport annuel. Élaboré…
Règlement général sur la protection des données personnelles Le Règlement général sur la protection des…
L'invité ORELA, cette semaine, est Marc Mayer. Docteur en Santé publique, chargé de cours à…
En octobre 2018, le Patriarcat œcuménique de Constantinople a reconnu l’autocéphalie (« indépendance ») de l’Église d’Ukraine…
The Observatory of Religions and Secularism (ORELA), hosted by the Université libre de Bruxelles, is…
Pierre Schammelhout nous a quittés ce jeudi 18 octobre, jour de son 83e anniversaire. Docteur…
Aller en haut